Close
Veuillez noter que la commande de produits n'est disponible que pour les chirurgiens-dentistes de France Metropolitaine enregistrés sur le site dentalcare.com pour y avoir accès.
S'enregistrer
S'inscrire

Mise au point sur le processus de déminéralisation/reminéralisation

Mark E. Jensen, MS, DDS, PhD

Sauvegarder le cas et y revenir plus tard. (Nécessite une connexion)

Les lésions de l'émail sont classées en fonction de leur localisation. Les lésions des surfaces lisses se produisent sur les surfaces vestibulaires, linguales et interproximales. Les lésions des sillons et fissures se produisent sur les sillons de l'émail ou sur les fissures occlusales.

 

Les dents temporaires et les dents définitives sont affectées de la même manière.

 On pourrait imaginer que les concepts de déminéralisation et de reminéralisation sont relativement nouveaux. En réalité, nous disposions de données qui confirmaient ces concepts depuis un certain nombre d'années, mais nous ne savions tout simplement pas comment les interpréter. L'étude de Backer Dirks, par exemple, fut réalisée en 1966, avant l'utilisation largement répandue des fluorures. Dans cette étude, 71 lésions en taches blanches chez des enfants de 8 ans furent suivies pendant 7 ans. Toutes les lésions franches furent restaurées. À la fin de ces 7 années, les résultats étaient les suivants :

.    
 
Taches blanches précoces sur la surface de la première molaire mandibulaire droite permanente..   Tache blanche sur la première molaire mandibulaire gauche permanente, partiellement reminéralisée et stable sans activité.

Deuxième prémolaire gauche mandibulaire avec cavité de carie ne pouvant être reminéralisée et nécessitant une restauration. Vous remarquerez les lésions carieuses de la surface distale de la 4 visibles après préparation de la 5.

Selon les mêmes lignes d'observation, nous avons plus récemment commencé à envisager le processus de formation des caries dans son intégralité, et à tenter une approche différente de la maladie. Nous savons depuis longtemps que la formation de caries est un processus biologique complexe qui implique un agent infectieux (des bactéries formant des acides), l'hôte ou le patient, et le régime alimentaire (glucides fermentescibles). Si l'alimentation est équilibrée de telle sorte que les facteurs de protection de l'hôte (la salive) et le fluorure sont en mesure de dépasser l'exposition acide bactérienne, aucune déminéralisation nette ne se produit. Une fréquence accrue de prises d'aliments acidogènes peut faire pencher la balance vers une déminéralisation nette. Un modèle humain, intrabuccal, de déminéralisation/reminéralisation a été utilisé pour évaluer différents encas pris entre les repas. L'étude a démontré que certains aliments peuvent entrainer une reminéralisation nette tandis que des aliments « acidogènes » peuvent causer une déminéralisation.9 Duggal et al.10 ont utilisé un modèle humain légèrement différent pour étudier la fréquence de consommation de glucides associée ou non à un dentifrice fluoré.
Lorsqu'un dentifrice sans fluorure était utilisé et que la fréquence de prise de glucides était supérieure à trois fois par jour, une déminéralisation notable se produisait. En revanche, lorsque les sujets utilisaient un dentifrice fluoré, une déminéralisation nette n'apparaissait que lorsque la consommation de glucides était supérieure à 10 fois par jour. Cette étude souligne la nécessité d'utiliser un dentifrice fluoré chez tous les patients afin d'équilibrer, de prévenir et d'inverser le processus de formation des caries au quotidien. Hicks et al.11-13 ont publié une série en trois parties sur les facteurs biologiques dans le processus de formation des caries face à la déminéralisation et la reminéralisation, et ont également souligné le rôle de la faiblesse de la teneur en fluorure au quotidien. 

Dans cet exemple, un jeune homme de 15 ans s'est fait retirer son appareil d'orthodontie puis s'est directement rendu au cabinet de son dentiste, se présentant comme indiqué ci-dessous. Cette image illustre un déséquilibre dans le processus de déminéralisation/reminéralisation au point de développer plusieurs lésions franchement cariées qui ne peuvent plus être reminéralisées. Faut-il dans ce cas comprendre le processus de formation des caries et prévenir la déminéralisation ? Les lésions auraient-elles pu être repérées à un stade plus précoce et être réparées par la reminéralisation ?

(Cas et photos de : Dr. Neil Millikin)

Caries radiculaires

Et les caries radiculaires ?

 

Nous savons que la phase initiale exige une récession de la marge gingivale afin que la surface de la racine soit exposée et présente un risque de carie. Le tissu peut être normal mais présenter une récession pour diverses raisons — abrasion (par le brossage), vieillissement, ou affections parodontales. Cela expose une surface dentaire qui n'était pas à risque auparavant.

 

La phase II des caries du cément est semblable à celle des caries coronaires ; le processus démarre en général à l'aplomb de la jonction entre le cément et l'émail, avec peu de symptômes cliniques.

 Il semble y avoir une couche de cément intacte et saine, qui se dissout rapidement. Il est important de retenir que l'émail est constitué à 88 % de minéral environ (en volume), alors que la dentine est seulement minérale à 45 % environ (en volume). Vous pouvez donc imaginer le potentiel accru de déminéralisation de la surface des racines par rapport à la surface de l'émail.

La question qui intéressait les chercheurs depuis longtemps était de savoir si la surface de la racine pouvait se reminéraliser alors qu'elle n'était constituée qu'à 45 % de minéraux (en volume) à la base. La réponse est oui, absolument. . . en réalité, il a été démontré que la surface de la racine peut se reminéraliser davantage que son niveau initial. (Une étude : 67 % de reminéralisation en plus contre placebo)

En ce qui concerne les caries du cément, Leake14 a examiné 807 références selon une approche fondée sur les preuves.
L'exactitude des systèmes de diagnostic n'est pas connue, mais la couleur de la lésion n'est pas vraiment significative. L'utilisation de la « souplesse » pour définir les lésions actives a été validée par la présence de microbes dans la lésion. Il a été suggéré : « Pour les patients de trente ans et plus, la prévalence des caries du cément est d'environ 20 à 22 % inférieure à l'âge de la personne. Plus d'une lésion devient sévère à 50 ans, deux lésions à 70 ans, et seulement un peu plus de trois pour les personnes de 75 ans et plus. Environ 8 % (ratio de 1:11) de la population souffrira d'une nouvelle carie du cément ou plus dans l'année.
Des signes solides ont été découverts et encouragent l'utilisation de fluorures dans la reminéralisation des caries radiculaires.

Vidéo
Experts / Advisory
transcription
Close Button
Sauvegarder votre cas : Close
Congrats

Félicitations!

D'après les informations de votre profil, il semble que vous soyez diplômé. Vous pourrez néanmoins continuer à avoir accès à la section étudiante pendant un certain temps. Vous avez maintenant également accès à la section Formation Professionnelle.

Veuillez prendre un moment pour mettre à jour votre profil.

Nous vous conseillons également de vous connecter sur a section Graduation Student où vous trouverez des conseils et des informations sur la gestion de votre nouveau cabinet.